Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur

Voilà une nouvelle journée commence aujourd’hui, je me suis dit qu’il faut que je mette écrire un blog et donc ceci est le premier article.

Outre décrire peut-être certaines activités de la journée, je voudrais parler de choses qui me tiennent à cœur. Par exemple aujourd’hui dire ce que le long article publié dans Le Soir concernant le numérique à l’école a suscité comme réaction chez moi. Voilà une question qui me préoccupe depuis très longtemps, sans doute une trentaine d’années, depuis que je pratique l’école comme enseignant de physique.

J’ai commencé l’informatique en 2e secondaire, en 1980, sur des machines à calculer programmables. L’année suivant, l’école a investi dans des ordinateur personnels ZX-81, puis très vite des ZX Spectrum qui apportait la couleur. Nous pouvions passer à ce moment-là des midis, des mercredis après-midi passionnés, à l’école, nous retrouver en dehors du contexte scolaire avec des enseignants tout aussi passionnés.

Et ça pendant 4 ans. Il y a eu les premiers concours d’informatique organisés par IBM. Certains ont très vite investi dans un ordinateur personnel. Pour moi ce fut avec un ordinateur belge, le DAI_Imagination_machine. Quel nom prémonitoire et ambitieux. À cette époque, il fallait l’aide des parents pour cet achat qui valait un bras. À ce moment-là l’informatique était un peu rébarbative. L’écran noir et blanc était la télévision. On s’amusait bien et laissions courir notre imagination, on pouvait créer et si on se rendait compte des limites de ces machines, nous voyons surtout tout ce qu’elles nous permettaient. Nous allions aussi passer des journées dans des magasins d’informatique qui vendait des ordinateurs plus puissants, avec de la couleur, des imprimantes. Ceux-ci était par exemple le magasin d’électronique RadioShack avec son célèbre TRS-80 aujourd’hui disparu. À cette époque de dinosaures dont nos étudiants n’ont qu’une idée vague difficile à comprendre, il fallait être constructif et imaginatif. Les plus puissante des machines avaient 64 kilo byte, vraiment pas beaucoup de mémoire ( 15 000 fois moins que celle d’un bon smartphone , il y avait pas de disque dur donc on prend à ce moment ce qui allait préparer le bug de l’an 2000. Depuis l’informatique a continué c’est rentré petit à petit dans l’école. à ce moment là c’est mieux par terre tu avais déjà beaucoup réfléchi et Emma qu’ il y avait proposé le logo le logo rentrer dans les écoles comme première moyen comme premier moyen de programmer premier outils pour les options pour les enfants de primaire comment faire avancer cette petite tortue comment réfléchir avec la pensée informatique Le logo à évoluer un petit à petit ça c’est abandonné les écoles non plus investi dans le matériel nécessaire les stages de génie scientifique en péricliter, je demande si l’avancée des interfaces à fenêtre dans n’est pas en grande partie responsable informatique devenu tellement évident tellement facile. Apparemment qui n’est plus nécessaire de lancer n’était plus nécessaire de réfléchir à créer avec les quel dommage. Quel dommage parce que voilà à mon avis 20 ans perdu 20 ans de gens qui ont bien sûr de plus en plus utilisés l’informatique est de moins en moins créer 1995 pour ceux qui sont ils viennent c’est le moment ou Bill Gates disais l’internet, c’est pas sur mon radar et c’est aussi le moment où le l’Internet commencé internet qui a explosé explose et commander grâce à l’utilisation de protocole. Livre est ouvert. Alors internet, c’est pas tout à fait juste c’est le web et Internet c’était protocole. Qui permettent le transfert de courrier électronique tu peux remettre le transfert de fichiers et cetera existe depuis bien plus longtemps, il date depuis des années 60 et des travaux qui ont permis de connecter différents d’université sous l’égide de l’agence américaine de l’armée une des agence américaine de l’armée. Donc petit à petit les universités sont connectés les unes aux autres pour moi, ça a commencé en 1987 avec binette l’Université Libre de Bruxelles lui permettrait d’avoir certains favoriser une adresse de courrier électronique un peu bizarre et il fallait envoyer des messages pas trop long surtout pas trop long. Et si on voulait envoyer des messages un peu plus longtemps mais il fallait plus de messages en petits morceaux et pas oublié de l’envoyer que de la psy parce que il y avait que la ce qui passe à autre avec des réseaux. Une époque que personne d’aujourd’hui me connaître c’est celle des dinosaures. Et donc voilà aujourd’hui, on se retrouve avec. Les écoles dans lequel on utilise presque pas l’ordinateur si ce n’est les profs pour préparer le cours les utilisateurs que sont les parents les enfants qui ont envie de me connecter au bout du bras connecter à un monde dans lequel se trouve les informations qui oblige les enseignants et c’est difficile à changer leur place dans la dans la salle de classe et et voilà, il faut encore recommencer parce que on oublie dire que dans tous nos pays France Belgique. Italie bien sur les autorités ont pas attendu pour investir dans du matériel, rappelons-nous le plan informatique pour tous avec la machine Thomson en France les différents plans d’équipement en Région bruxelloise en Région wallonne qui ont dépensé pas loin de 80 million d’euros en 20 ans. Et voilà que certains aujourd’hui voudrais encore ajouter des machines et les faire payer par de l’argent public contrairement à ce que permettre les lois. Bon, ils ont réussi à convaincre un grand nombre de gens pour les suivre maison oublier d’aller voir ce qui se passe dans l’école. De quoi ont besoin les profs les profs ont besoin de formation les profondeurs d’accompagnement les profondeurs de contenu qu’il puisse réutiliser sans avoir la menace légal de se faire poursuivre par un éditeur qui est assez plus que plus le seau pour ton argent et qui va aller le rechercher des noix ça crois qu’il partage des photos des images qui se trouve dans le texte parce que le texte lui-même évidemment les profs peuvent leur faire voilà. Voilà où on en est en 2020 et on recommence un certain nombre des mêmes erreurs que celle qu’on avait fait voilà allez au boulot maintenant. …